Tout connaitre sur les pratiques du guerisseur, rebouteux, magnetiseur







GUERISSEUR, REBOUTEUX, MAGNETISEUR

DÉFINITION DU MOT « REBOUTEUX »

Selon le Dictionnaire de médecine usuelle et domestique, chez Veuve Lacour,
Édition 1858-1859

REBOUTEUX (à l'origine, REBOUTEUR) : L'exercice de la médecine à spécialités n'est pas moderne. Dans un livre de fracturis et de arliculis, Hippocrate nous apprend que, de son temps, il y avait des rebouteurs qui trompaient le public par de vaines et douloureuses prouesses, et qui, pour redresser les bossus, les étendaient sur une échelle d'où ils les lançaient ou les faisaient pendre aux grands applaudissements de la multitude. Cette profession de remettre les membres fracturés ou disloqués se transmettait dans quelques familles comme un héritage, et certains renoueurs ou rhabilleurs, car ces mots sont à peu près synonymes, passaient au moyen âge pour avoir un don de Dieu, qui guérissait infailliblement. L'habitude défaire toujours la même opération devait la leur rendre facile, et amener des succès. Mais quand à cette expérience transmise, se joignaient des connaissances positives en anatomie, le rebouteur ne méritait plus l'espèce de ridicule jeté sur sa profession, il rendait de nombreux services, il était estimé. Ainsi la famille des Valdajou dans les Vosges a longtemps joui d'une grande renommée en Alsace et en Lorraine. Leur nom véritable était Fleurot. M. Fodéré qui les visita en 1819, apprit que cet état de renoueur était dans leur famille depuis deux siècles.

L'apprentissage consistait à faire jouer de très bonne heure les enfants avec des os humains séparés, pour les accoutumer à les réunir, et lorsqu'ils en avaient bien pris l'habitude, on les exerçait avec le squelette entier et le mannequin. Ils s'étudiaient surtout à se passer de machines, dont l'emploi était trop douloureux. L'un de ces Valdajou avait été renoueur de Louis XV. Evidemment, chez ces hommes, l'adresse était unie à des études plus ou moins complètes.

De nos jours le métier de rebouteur semble avoir été dédaigné par ceux qui exploitent les spécialités. On est oculiste, dentiste, lithotriteur, chirurgien herniaire, et personne ne se dit renoueur. Cependant le nombre des luxations à réduire est toujours le même, et pourquoi les abandonner aux ignorants, à des maréchaux ferrants, des tisserands, et quelquefois le bourreau ? Ne sait-on pas que le public croit aux spécialités, et qu'une sorte d'instinct superstitieux le porte vers ces hommes. Pour déraciner de telles erreurs, il suffit de rappeler qu'entre des mains aussi grossières et dénuées d'instruction, les accidents les plus graves peuvent survenir.

LE « REBOUTEUX » SELON LE LITTRÉ

REBOUTEUX (REBOUTEUR) : Synonyme de RENOUEUR

RENOUEUR : Celui ou celle qui, sans autre instruction que l'empirisme, remet les luxations, les fractures et les entorses. On dit aussi rebouteur (rebouteux) ou rhabilleur.

« REBOUTEUX » DÉFINITION DU DICTIONNAIRE LAROUSSE

REBOUTEUX : Personne qui, n'ayant pas fait d'études médicales, prétend guérir fractures, luxations, douleurs, par des moyens empiriques. L'activité des rebouteux est interdite par la Loi.

EVOLUTION DE L'APPELLATION DU REBOUTEUX

À l'origine RENOUEUR, l'appellation est devenue REBOUTEUR puis REBOUTEUX. Actuellement, on utilise volontiers les termes de GUERISSEUR ou MAGNETISEUR.

Remarque : À noter qu'à travers les ans, c'est le mot « rebouteux » en patois de campagne qui a pris le dessus sur le terme « rebouteur » qui est complètement tombé en désuétude.

Rebouteux soignant un lumbago

Rebouteux soignant une fracture